Accueil

   Qu’est-ce que le iaïdo ?

Le iaidō est un art martial d’origine japonaise se focalisant sur l’acte de dégainer le sabre et de trancher en un seul mouvement.

Plus exactement, le but est d’exécuter une technique, avant l’adversaire, choisie en fonction du lieu et du contexte de la situation.

Tout comme pour les autres budō, cette discipline s’appuie principalement sur la perfection des mouvements, l’efficacité technique, et devient de plus en plus importante au fur et à mesure que le pratiquant augmente en grade.

Le terme iaidō  est composé de trois kanjis (idéogramme d’origine chinoise) signifiant approximativement :

  • I : vivre, exister (居)

  • AI : l’harmonie, l’union (合)

  • DO : la voie (道)

iaidō peut donc se traduire par « la voie de la vie en harmonie », ou « exister en union avec la voie ». Le préfixe « i » peut aussi être interprété par le chiffre 1, l’unité : La voie de l’unité de l’individu, en lui-même pour être en harmonie avec soi et avec les autres.

L’essentiel de la pratique du iaidō consiste en l’apprentissage et l’exécution de kata (séquences de mouvements précis), s’exécutant la plupart du temps seul et correspondant à un scénario.

Ils débutent soit debout (tachi iai), soit à genoux (seiza), soit dans une position avec un seul genou au sol (tate hiza). Ces formes de travail constituent autant de supports à l’enseignement et permettent la transmission de l’ensemble des techniques d’une école.

Ces katas se composent à la base des quatre mêmes étapes :

  • dégainé et première coupe (nukitsukeou nukiuchi) ;

  • coupe principale (kiri tsukeou kiri oroshi) ;

  • nettoyage de la lame (chiburi) ;

  • rangement de la lame dans le fourreau (notō) ;

On distingue aussi une partie importante propre à de nombreux kata selon les écoles : furikabutte, l’action de « brandir le sabre ». De nombreuses variantes, coupes, frappes d’estoc, frappes avec la poignée du sabre, sont ajoutés dans certains kata.

Ces kata doivent être « habités » par le pratiquant, et induisent des notions fondamentales propres à tous les budō :

  • zanshin: la vigilance active, le ressenti, la perception de l’environnement ;

  • seme: la menace, construction de l’attitude exprimant la capacité de réaction instantanée ;

  • metsuke: le regard global, non focalisé, perception visuelle large ;

  • kokoro: le cœur, l’esprit, l’audace, l’honnêteté, la sincérité (terme difficilement traduisible).

photo 2 photo 3 photo 3b